Mes suggestions de recettes pour la St-Valentin

Cette année, la St-Valentin tombe pile poile en même temps que Carnaval. Du coup, un dilemme de taille se pose forcément: repas en amoureux ou fiesta déguisée ? Pour nous, ce sera fiesta (évidemment), car nous avons décrété qu’il y avait 364 autres jours dans l’année pour célébrer notre amour, à commencer par le 13 février qui est excellente date aussi !

Voici donc quelques idées de recettes pour tous ceux qui fêteront la St-Valentin le 13 ou le 14 février, le 18 mars, voir même le 22 juin !

St-Valentin© iStock

Suggestions d’entrées

Suggestions de plats (viande)

Suggestion de plats (poisson)

Suggestions de desserts

Publicités

Mes idées de recettes festives

A la veille du premier jour de l’Avent, il est temps de vous proposer la traditionnelle sélection de mes recettes idéales pour les fêtes de fin d’année. Si votre menu n’était pas encore défini (est-ce possible ?!), il ne fait aucun doute que vous trouverez ci-dessous de quoi régaler vos invités dignement. Ou alors je ne m’appelle plus Wanalee !

table-de-noel 2Photo: maison-deco.com

Entrées et amuses-bouches

Plats (viande)

Plats (poisson)

Desserts

Et si d’aventure vous deviez décider de vous rabattre sur une très classique (mais non moins pratique) fondue chinoise / bourguignonne / bressanne / glareyarde, vous trouverez ici quelques idées de sauces peu ordinaires: Mes sauces pour fondue chinoise

La vie, c’est comme le Jenga

Au Jenga, le but du jeux c’est de construire une tour la plus haute, à l’aide de briques en bois, sans qu’elle ne s’effondre. On dirait bien que la vie, c’est un peu pareil. Tu construis une tour qui devient toujours plus grande, mais parfois il y a des briques qui tombent. Donc tu colmates les trous, comme tu peux, de sorte que la tour soit la plus solide possible. Et quelques fois c’est tout un pan de la tour qui s’écroule. Mais là encore, tu es forcé de continuer de construire.

Il arrive aussi que certains effondrements soient plus graves et tu as alors l’impression que jamais tu n’arriveras à redresser ton édifice. Même que des fois, tu aurais envie de t’asseoir sur un tas de briques et de tout laisser tomber… Mais tu ne peux pas. Alors tu retournes à tes briques et tu essaies de reprendre l’édification de ta tour.

Ce qui est bien, c’est quand tu as une épaule solide et attentionnée à tes côtés pour t’aider à la construire. Et aussi quand tu as tout plein de gens qui te passent les briques, tu as l’impression que les choses avancent plus vite et surtout que ta tour est plus solide encore qu’avant. C’est certain, il restera sans doute des traces et des balafres sur les murs, mais avec le temps on les verra moins. C’est ce que tu essaies de te dire.

Pour ma part, j’avais commencé ce blog lors d’un petit éboulement au nord de ma tour. Je m’étais dit que j’avais besoin de créer quelque chose pour m’aider à retrouver l’énergie nécessaire à continuer ma tour. Et puis ce blog est devenu part entière de mon édifice. VOUS êtes devenus part entière de mon édifice. C’est pourquoi aujourd’hui, après avoir subi un méchant écroulement, je reprends mon clavier. Pour continuer de partager avec vous les recettes qui me tiennent à cœur, telles de petites briquounettes de rien du tout.

Parce que la vie, c’est comme le Jenga: il faut toujours continuer de construire.

Les stars dans la pub

Normalement, j’aime bien voir des stars apparaître dans les publicités à la TV. Elles ont cette faculté, de par leur prestance (et leur plastique), de « sexyser » n’importe quel produit ou service.

Prenez George Clooney: depuis qu’il s’est associé à cette célèbre marque de café, boire son cawa le matin avec les cheveux en bataille, la nuisette coincée dans les fesses et une haleine de chacal deviendrait presque glamour. Alors qu’avant, le café c’était juste le truc qu’on te vendait en s’adaptant à ton mode de consommation, à savoir la boisson amère pour te réveiller, servie dans un bol de grand-mère avec des toasts tout secs.

Autre exemple: Eva Longoria et ses boîtes de pâté pour chats. Avant, on te faisait l’apologie des bienfaits des nutriments pour minette/moustache. Maintenant, on t’apprend qu’avant de sabrer le champagne avec minou, une rumba caliente avec lui est de rigueur. Saucissonnée dans une robe de soie de préférence. Et qu’importe si Monsieur-plein-de-poils aurait préféré le menu « croquettes du supermarché », le « duo de saumons de Norvège » c’est quand même tellement plus bling bling.

Même Gisèle Bündchen (la top model aux jambes de 2 mètres 15, sur qui même une paire de Croc’s allongerait la ligne), a réussi l’exploit de faire kiffer les flip-flops aux plus radicales des stilettos-addicts grâce à sa campagne pour sa propre marque de tongs et autres sandales de plage.

On se rappelle également du fameux et sensuel « Hey, what did you expect ? » de Nicole Kidman (avant son carnage facial léger lifting) dans la fameuse publicité pour une boisson aux agrumes ringarde, mais néanmoins pétillante, qui aura eu le mérite de dépoussiérer quelque peu l’image de ce soda.

Mais là où ça commence à se gâter, c’est quand une icône de notre jeunesse, fabuleusement sexy et tout en muscle – découvert dans un film où il aurait été engagé pour la garde très très rapprochée d’une chanteuse à succès – se met à faire la (très mauvaise) promotion de thon en boîte… On en parle ou pas ??

Kevin-Costner-RioMare-440x300

Moi je dis: à quand un spot publicitaire pour du cassoulet avec Bradeley Cooper en guest star ?

PS: pour votre culture générale, cette stratégie publicitaire s’appelle « endorsement ». Voilà, c’était la minute « je-bosse-dans-la-pub-donc-je-me-la-pète ».

Re PS: cette méthode n’est pas utilisée dans la pub suisse parce qu’on n’a pas de stars chez nous. Il y avait bien Henri Dès qui avait été approché pour faire la promotion d’un nouveau PQ triple épaisseur parfumé à la raclette, mais finalement Coop n’avait pas assez de budget pour s’offrir ses services.

De l’importance de bien s’organiser en cuisine

Quand j’étais enfant, ma Maman me disait toujours: « si tu t’organises bien, tout est possible ». Enfin, en général c’était plutôt: « Je t’avais bien dit qu’il fallait t’organiser ! Si tu te plantes demain à ton examen parce que t’as pas étudié à l’avance, ce sera bien fait pour toi ! ». Je ne me plantais jamais (OK, rarement), mais ça avait quand même le don d’énerver ma Maman au plus haut point.

Preuve que les années ne nous changent pas, en cuisine j’ai toujours l’impression que je suis laaaaarge, même quand je dois préparer un menu 4 plats, que les invités arrivent dans 1/2 heure et que je n’ai pas encore sorti la moindre casserole. Une maladie vous dites ? En effet, il paraît qu’elle porte le nom barbare de procrastination. Alors j’essaie de me soigner. On m’a d’ailleurs recommandé le traitement suivant, lorsque je m’apprête à me lancer dans ce genre de croisade préparation:

  1. Sortir tous les ingrédients, les peser
  2. Sortir tous les instruments
  3. Peler et couper tous les ingrédients qui le nécessite
  4. Préchauffer le four
  5. Chauffer les assiettes de service
  6. Réaliser les préparations par ordre de priorité selon leur temps de cuisson ou de repos, de manière à pouvoir consacrer le temps de cuisson/repos à faire autre chose

We-Can-Do-It-Rosie-the-Riveter-Wallpaper-2

L’autre jour, je me suis donc lancée, tout de go, la fleur au fusil, le fouet dans le chignon: j’ai préchauffé le four, j’ai sorti la viande, j’ai étalé tous mes ingrédients sur le plan de travail, j’ai sorti le chauffe-assiettes. Et là, je me suis dit « c’est bon, je peux aller me poser dans mon canapé et poursuivre mon shopping sur Zalando ». Grave erreur. Celle du débutant, indiscutablement. Car en fait, j’étais toujours à 0% niveau taux de réalisation de mes recettes ! Et c’est bien entendu ce moment-là que mes invités ont choisi pour sonner à la porte (les ignorants). Je vous épargne la chapitre hystéro-dramatique du « au secours, je suis pas habillée-pas maquillée-pas coiffée-pas épilée-pas lipo-sucée » qui va généralement de paire.

Après avoir finalement servi l’apéritif à mes invités en pyjama et bu « cul sec » le 1er verre avec eux (on n’est pas des bêtes quand même), j’ai filé aussi discrètement que possible à la cuisine en lançant à la volée une conversation débile pour faire diversion (du genre « vous avez vu les résultats des votations, incroyable ! »), ça marche à tous les coups.

Mais là, panique bis, j’ai réalisé: temps estimé pour préparer la totalité du repas = 2h40. Temps à disposition pour préparer la totalité du repas = 30 minutes. Forcément. Sur le coup, je me suis dit « si je parle vraiment tout bas au téléphone, peut-être que j’arrive à me faire livrer des pizzas à temps en tout discrétion avant de me suicider en avalant mon fouet ». Mais c’était sans compter sur mon instinct de survie, qui m’a alors foutu un gros coup de pied au c**. On peut aussi appeler ça de l’adaptation si vous préférez. Résultat, en moins d’1h, j’ai fini par sortir entrée + plat + dessert. Certes les recettes de base n’ont pas forcément été respectées dans leur totalité, les assiettes n’étaient pas chauffées et la cuisine n’avait rien à envier à Kiev un lendemain de manifestation, mais le résultat était néanmoins absolument exquis. What else ? comme dirait l’autre.

Morale: à défaut de savoir s’organiser on peut toujours savoir s’adapter. Maman, si tu me lis…

N-2

Pour celles et ceux qui attendent toujours la der’ pour s’organiser (pas du tout mon style d’ailleurs…) j’ai préparé, comme chaque année, un petit medley de mes meilleures recettes « festives »… L’occasion toute trouvée pour, au passage, vous souhaiter à tous de très très belles fêtes, pleines de gourmandises !

Noël2013

Entrées

Plats (viande)

Plats (poisson)

Desserts

Et comme je sais que cette année encore, on va tous avoir droit au moins une fois à la fondue chinoise / bourguignonne / bressanne / glareyarde (voir les 4), vous trouverez de quoi varier les plaisirs niveau sauces ici: Mes sauces pour fondue chinoise

Confessions

purée

Je préfère la purée de pomme de terre en sachet que celle faite maison. Voilà, c’est dit. « Hérésie ! », « Scandale ! », « Aux chiottes l’arbitre ! », « Le bûcher ! », ça va, je vous entends jusqu’ici. Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir essayé, même la recette « gourmande et traditionnelle » réalisée-en-moins-de-15-minutes-que-toi-tu-mets-plus-d’une-heure de Norbert & Jean. Rien n’y fait, je préfère la purée lyophilisée. Mais je sais qu’une recette miracle existe, car j’ai déjà connu un émoi gastronomique grâce à une purée magique dégustée au restaurant du Relais et Châteaux Le St-Paul-de-Vence. Peut-être que le secret réside simplement dans l’ajout d’un demi kilo de beurre par personne, qui sait…

Et tant qu’on en est aux confidences, je ne fais jamais ma pâte à gâteau moi-même. Pire, j’adore la manger crue (surtout la sucrée). Je serais même capable d’en acheter rien que pour la manger sans rien avec, quitte à me retrouver avec un gratin de fruits au lieu d’une tarte.

Ah oui, j’oubliais: je trouve que le Nutella fait maison c’est pas bon. Et j’adore le Caramel Macchiato du Starbuck’s. Pis je me fais des tartine au Cenovis le matin. Et aussi, j’aime bien manger du lait concentré sucré directement en tétant le tube.

Si avec tout ça je ne file pas directement aux enfers des gastronomes (une pique à brochette plantée dans chaque fesse, Jean-Pierre Coffe brandissant ses poireaux sur mes talons et des choux de Bruxelles comme seul aliment jusqu’à la fin des temps)…

PS: Si quelqu’un possède LA recette de la purée de patate magique, je suis preneuse.

PPS: Si quelqu’un me balance l’étude d’A Bon Entendeur sur les purées de patate en sachet, je sors la poupée vaudou et ma collection de piques à brochettes.