De l’importance de bien s’organiser en cuisine

Quand j’étais enfant, ma Maman me disait toujours: « si tu t’organises bien, tout est possible ». Enfin, en général c’était plutôt: « Je t’avais bien dit qu’il fallait t’organiser ! Si tu te plantes demain à ton examen parce que t’as pas étudié à l’avance, ce sera bien fait pour toi ! ». Je ne me plantais jamais (OK, rarement), mais ça avait quand même le don d’énerver ma Maman au plus haut point.

Preuve que les années ne nous changent pas, en cuisine j’ai toujours l’impression que je suis laaaaarge, même quand je dois préparer un menu 4 plats, que les invités arrivent dans 1/2 heure et que je n’ai pas encore sorti la moindre casserole. Une maladie vous dites ? En effet, il paraît qu’elle porte le nom barbare de procrastination. Alors j’essaie de me soigner. On m’a d’ailleurs recommandé le traitement suivant, lorsque je m’apprête à me lancer dans ce genre de croisade préparation:

  1. Sortir tous les ingrédients, les peser
  2. Sortir tous les instruments
  3. Peler et couper tous les ingrédients qui le nécessite
  4. Préchauffer le four
  5. Chauffer les assiettes de service
  6. Réaliser les préparations par ordre de priorité selon leur temps de cuisson ou de repos, de manière à pouvoir consacrer le temps de cuisson/repos à faire autre chose

We-Can-Do-It-Rosie-the-Riveter-Wallpaper-2

L’autre jour, je me suis donc lancée, tout de go, la fleur au fusil, le fouet dans le chignon: j’ai préchauffé le four, j’ai sorti la viande, j’ai étalé tous mes ingrédients sur le plan de travail, j’ai sorti le chauffe-assiettes. Et là, je me suis dit « c’est bon, je peux aller me poser dans mon canapé et poursuivre mon shopping sur Zalando ». Grave erreur. Celle du débutant, indiscutablement. Car en fait, j’étais toujours à 0% niveau taux de réalisation de mes recettes ! Et c’est bien entendu ce moment-là que mes invités ont choisi pour sonner à la porte (les ignorants). Je vous épargne la chapitre hystéro-dramatique du « au secours, je suis pas habillée-pas maquillée-pas coiffée-pas épilée-pas lipo-sucée » qui va généralement de paire.

Après avoir finalement servi l’apéritif à mes invités en pyjama et bu « cul sec » le 1er verre avec eux (on n’est pas des bêtes quand même), j’ai filé aussi discrètement que possible à la cuisine en lançant à la volée une conversation débile pour faire diversion (du genre « vous avez vu les résultats des votations, incroyable ! »), ça marche à tous les coups.

Mais là, panique bis, j’ai réalisé: temps estimé pour préparer la totalité du repas = 2h40. Temps à disposition pour préparer la totalité du repas = 30 minutes. Forcément. Sur le coup, je me suis dit « si je parle vraiment tout bas au téléphone, peut-être que j’arrive à me faire livrer des pizzas à temps en tout discrétion avant de me suicider en avalant mon fouet ». Mais c’était sans compter sur mon instinct de survie, qui m’a alors foutu un gros coup de pied au c**. On peut aussi appeler ça de l’adaptation si vous préférez. Résultat, en moins d’1h, j’ai fini par sortir entrée + plat + dessert. Certes les recettes de base n’ont pas forcément été respectées dans leur totalité, les assiettes n’étaient pas chauffées et la cuisine n’avait rien à envier à Kiev un lendemain de manifestation, mais le résultat était néanmoins absolument exquis. What else ? comme dirait l’autre.

Morale: à défaut de savoir s’organiser on peut toujours savoir s’adapter. Maman, si tu me lis…

Publicités

Une réflexion au sujet de « De l’importance de bien s’organiser en cuisine »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s