Orecchiette au romanesco, pignons et pecorino

Aujourd’hui je peux le dire: c’est le printemps! Enfin! Alors je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais moi ce soleil me donne envie de promenade, de vacances (OK, ça c’est toute l’année en fait), d’apéros sur la terrasse, de gel douche à la noix de coco (oui bon, chacun son truc) et aussi de verdure. Du coup, je vous propose cette petite recette printanière toute simple et très légère. Histoire de se donner toutes les chances d’être calibrée, d’ici quelques mois, pour se couler dans le ravissant bikini qu’on vient d’acheter…

Recette tirée d’un vieux numéro de « Cuisine by Lignac »

Orecchiette romanesco pignons anchois

Temps de préparation: 20 minutes

Ingrédients (pour 2 personnes):

  • 150 gr d’orecchiette (j’en ai pris des tricolores)
  • 1 chou romanesco
  • 30 gr de pignons de pin
  • 20 gr de pecorino
  • 8 filets d’anchois en boîte
  • huile d’olive
  • 1 gousse d’ail
  • 1 pointe de piment
  • sel et poivre du moulin

Détailler le romanesco en fleurettes et les faire cuire dans une grande casserole d’eau salée. Les égoutter et le refroidir immédiatement dans de l’eau glacée. Réserver.

Faire cuire les pâtes selon le temps indiqué sur l’emballage. Egoutter.

Egoutter les filets d’anchois et les émincer. Peler et hacher la gousse d’ail. Tailler des copeaux de pecorino à l’aide d’un économe. Dans une poêle, faire dorer les pignons à sec. Réserver le tout.

Verser un filet d’huile d’olive dans la poêle et y faire fondre les anchois avec l’ail. Ajouter ensuite les fleurettes de romanesco, le piment et les pâtes. Remuer et rectifier l’assaisonnement si nécessaire. Parsemer de pignons et de pecorino et servir.

 

Publicités

Dorade en croûte de sel, beurre blanc et tombée de pak choy au sésame

Si d’ordinaire il est plutôt habituel de servir de la viande lors du réveillon, on voit de plus en plus souvent le poisson se faire une jolie place dans le menu de Noël, et pas forcément en entrée. Les avantages sont nombreux: plus digeste, facile à préparer, moins onéreux (en principe) et tout aussi savoureux. La dorade fait partie de ces poissons dont la chair délicieusement raffinée se prête à de nombreuses variantes plus intéressantes les unes que les autres. Celle de la cuisson en croûte de sel en est une que j’affectionne tout particulièrement car elle confère un goût et une texture incroyable.

bar en croûte de sel 2

bar en croûte de sel

Temps de préparation: 45 minutes (dont 25 minutes de cuisson)

Ingrédients (pour 2 personnes):

Pour la dorade:

  • 1 dorade royale évidée d’environ 500 gr
  • 700 gr de gros sel
  • 1 blanc d’œuf
  • 2 branches de thym
  • huile d’olive
  • poivre du moulin

Pour la sauce:

  • 2 échalotes
  • 60 gr de beurre
  • 6 cl de vinaigre de vin
  • 10 cl de bouillon de légumes
  • sel et poivre du moulin

Pour l’accompagnement:

  • 2 pak choy
  • 1 c. à s. de sésame noir
  • huile de sésame grillé
  • sel et poivre du moulin

Préchauffer le fur à 210°C.

Verser un filet d’huile d’olive dans le ventre de la dorade et poivrer

Battre le blanc d’œuf énergiquement pour qu’il mousse un peu. Ajouter le gros sel et bien mélanger. Étaler 1/3 du mélange sur une plaque allant au four. Installer la dorade et les 2 branches de thym par dessus. Recouvrir avec le reste du sel. Enfourner pour 25 minutes.

Pendant ce temps, rincer et émincer le pak choy. Dans une poêle chaude, l’étuver pendant 5 minutes avec un filet d’huile d’olive. Saler et poivrer. Au dernier moment, arroser d’un petit filet d’huile de sésame et parsemer de graines de sésame.

Pour la sauce, peler et émincer les échalotes. Les mettre dans une casserole avec le vinaigre et le bouillon. Laisser réduire des deux tiers. Filtrer pour retirer les échalotes. Couper le beurre (bien froid) en petits morceaux. Écarter la casserole du feu, y jeter le beurre d’un seul coup et fouetter énergiquement jusqu’à obtention d’une pommade lisse. Saler et poivrer.

Lorsque la dorade est cuite, la sortir du four et casser la croûte de sel à l’aide d’un marteau (ou le dos d’un gros couteau). Attention, c’est très chaud ! Lever les filets et servir avec le pak choy et la sauce à part.

 

One pot pasta au saumon fumé et épinard

Aujourd’hui, j’ai testé pour vous le « one pot pasta » qui fait fureur en ce moment dans la blogosphère culinaire. Il n’en fallait pas plus pour me titiller.

Comme son nom l’indique, le principe (qui nous vient d’un pays pas spécifiquement reconnu pour ses talents gastronomiques, j’ai nommé les USA) est de cuire les pâtes ainsi que tous les ingrédients de la sauce dans une seule casserole et tout en même temps. Si le concept m’a d’abord rendue très sceptique, je dois avouer que le résultat a largement dépassé mes attentes ! C’est facile, hyper pratique (tu penses…), vite fait et très bon.

Avant cuisson:

One pot pasta saumon épinard

Après cuisson:

One pot pasta saumon épinard 2Temps de préparation: 25 minutes

Ingrédients (pour 2 personnes):

  • 170 gr de fusilli (pas de pâtes fraîches surtout !)
  • 60 gr d’épinards frais
  • 1 citron bio
  • 75 gr de saumon fumé
  • 15 cl de crème fraîche épaisse
  • 1 c. à s. de parmesan râpé
  • 1 échalote
  • sel et poivre du moulin
  • 375 ml d’eau

Rincer les épinards et les égoutter. Peler l’échalote et l’émincer finement. Couper le saumon fumé en morceaux d’environ 3 cm. Prélever le zeste du citron (tout).

Placer à l’intérieur d’une cocotte d’environ 20 cm de diamètre les différents ingrédients dans l’ordre suivant : les pâtes, les épinards, les morceaux de saumon, l’échalote, la crème fraîche, le parmesan et le zeste . Saler et poivrer, puis mouiller avec l’eau froide.

Faire cuire à feu moyen pendant 15 minutes en mélangeant régulièrement, sans couvrir. Et voilà, c’est déjà prêt !

 

 

Ravioles ricotta et châtaignes, crémée de morilles

La nature fait souvent très bien les choses. En effet, quand les associations sont bien faites, il en résulte souvent de jolies surprises. En cuisine par exemple, les produits de même saison se marient le plus souvent extrêmement bien. Comme la fraise et le basilic, la courgette et la menthe, l’avocat et les agrumes et, bien sûr, la châtaigne et les champignons.

Ravioles ricotta châtaignes et morillesTemps de préparation: 45 minutes

Ingrédients (pour 4 personnes):

  • 1 paquet de pâte à ravioles
  • 120 gr de ricotta
  • 120 gr de châtaignes cuites
  • 15 gr de morilles déshydratées
  • 1 œuf + 1 jaune
  • 30 cl de crème
  • 20 cl de vin blanc
  • 1 cube de bouillon de volaille
  • noix de muscade
  • sel et poivre du moulin

Dans une assiette creuse, battre l’œuf, puis ajouter la ricotta et les châtaignes écrasées. Saler et poivrer. Bien mélanger.

Plonger les morilles dans un bol d’eau tiède pendant 15 minutes. Filtrer l’eau de trempage à l’aide d’un chinois pour éliminer le plus de sable possible. Éventuellement, déposer une feuille de papier absorbant (ou un filtre à café) au fond d’une passoire pour filtrer le jus au mieux. Réserver.

Mélanger le jaune d’œuf avec 1. à s. d’eau et badigeonner le pourtour de 6 feuilles de ravioles. Déposer une bonne cuillère à café de farce au centre des 3 premières feuilles et refermer avec les 3 dernières en pressant soigneusement les bords et en essayant de chasser l’air dehors. Procéder ainsi de suite jusqu’à épuisement de la farce. Réserver au frais.

Dans une casserole, faire réduire le vin avec l’eau de trempage des morilles. Ajouter le cube de bouillon et bien délayer. Ajouter alors la crème et porter à petite ébullition. Laisser cuire quelques minutes, saler, poivrer et ajouter une pincée de noix de muscade. Ajouter alors les morilles.

Préparer une grande casserole d’eau bouillante salée et y faire cuire les ravioles (en plusieurs fournées si nécessaire) pendant 2 minutes jusqu’à ce qu’elle remontent à la surface. Répartir les ravioles dans des assiettes creuses et couvrir de sauce. Servir immédiatement.

Gratin de coquillettes à la courge et aux champignons

Et un gratin de saison, un ! Le genre de plat qu’on prépare en grande quantité, histoire d’en avoir à disposition le lendemain à réchauffer au boulot. Sauf que généralement, il n’en reste plus…

Gratin pâtes courge champignons

Temps de préparation: 45 minutes

Ingrédients (pour 2 personnes):

  • 200 gr de coquillettes (ou autres pâtes)
  • 300 gr de courge
  • 200 gr de champignons de Paris
  • 1 gousse d’ail
  • 60 gr de fromage râpé
  • 1 dl de crème
  • 1 œuf
  • huile d’olives
  • sel et poivre du moulin

Préchauffer le four à 210° C.

Faire cuire les pâtes dans un grand volume d’eau bouillante salée le temps indiqué sur le paquet. Égoutter et arroser d’un filet d’huiles d’olive pour ne pas qu’elles collent.

Rincer rapidement les champignons et les couper en quartiers. Peler la courge et la couper en morceaux d’environ 2 cm. Peler la gousse d’ail et la presser.

Dans une poêle, faire chauffer 1 c. à s. d’huile et y faire revenir l’ail pressé. Ajouter les champignons et la courge et faire cuire pendant 10 à 15 minutes en remuant. Saler et poivrer.

Dans un bol, battre l’œuf avec le fromage et la crème. Saler et poivrer. Dans un plat à gratin, mélanger les pâtes avec les légumes. Napper de mélange au fromage et enfourner pour une dizaine de minutes.

Spaghetti au veau sauté au citron et brocoli

C’est que j’appellerais un plat « all-in-one »: légumes + féculent + protéines. Mais ne croyez pas que je sois en train de succomber au goût du vert (Dieu m’en garde). Seulement que, après l’été moisi que nous avons eu, mon corps, habitué à plus de fruits et légumes de saison, se sent sans aucun doute un peu frustré. Et on ne peut que le comprendre. Du coup, il m’incite (le fourbe) à acheter des choses improbables lorsque je fais mes courses. Fou. Il faut décidément de méfier de tout le monde.

Spaghetti veau brocoli

Temps de préparation: 30 minutes

Ingrédients (pour 2 personnes):

  • 200 gr de spaghetti
  • 200 gr d’escalope de veau émincé
  • 1 brocoli
  • 1/2 citron bio
  • huile d’olive
  • 2 dl de marsala
  • 2 c. à c. de fond de veau
  • sel et poivre du moulin

Rincer le brocoli, le couper et conserver les têtes. Les faire cuire dans un  grand volume d’eau bouillante salée pendant 7 minutes. Refroidir immédiatement en les plongeant dans de l’eau très froide.

Prélever le zeste de la moitié du citron. Presser le jus et réserver.

Dans une poêle, faire réduire le marsala, puis ajouter le fond de veau et 2 c. à c. de jus de citron. Saler et poivrer. Y faire cuire le veau émincé pendant quelques minutes. Réserver.

Faire cuire les pâtes dans de l’eau bouillante salée pendant le temps indiqué sur l’emballage. Égoutter. Arroser d’un filet d’huile d’olive.

Remettre la poêle avec l’émincée sur le feu. Y verser les pâtes, les brocolis et le zeste de citron. Réchauffer sur feu vif. Terminer par un trait de jus de citron.

Bavette aux tomates cerises et porto

Le temps de cerises est déjà bientôt passé, alors pourquoi ne pas se jeter sur les tomates éponymes ? Pour autant que vous en trouviez des mûres, parce que sinon ce n’est même pas la peine !

Pour ceux qui suivent ce blog depuis quelques temps, vous aurez sans doute remarqué que j’affectionne particulièrement ce fruit (eh oui, ce n’est pas un légume) avec les pâtes… J’ai en effet déjà publié une recette de spaghetti tomates cerises et ail, une autre de spaghetti tomates cerises et thon, de linguine « séduction » et de tagliatelles façon sarde. On ne se refait pas…

Spaghetti tomates portoTemps de préparation: 25 minutes

Ingrédients (pour 2 personnes):

  • 300 gr de bavette (ou tagliatelles)
  • une vingtaine de tomates cerises bien mûres
  • huile d’olive
  • huile d’olive au basilic
  • Porto
  • quelques gouttes de jus de citron
  • sucre
  • sel et poivre du moulin

Couper les tomates cerises en deux.

Dans une poêle, faire chauffer 2 c. à s. d’huile d’olive. Y faire légèrement confire les tomates cerises avec 1 c. à s. de sucre pendant une dizaine de minutes. Saler et poivrer. Arroser d’un trait de porto et de quelques gouttes de jus de citron.

Pendant ce temps, faire cuire les bavette dans un gros volume d’eau salée selon le temps indiqué sur le paquet, puis égoutter. Verser dans la poêle avec les tomates cerises et réchauffer brièvement. Arroser d’un trait d’huile d’olive au basilic et terminer par une pincée de fleur de sel.